SVT 3ème : encore du travail. 326COR

Publié le par Principal clg Matouba

2.6. La mémoire immunitaire (corrigé)

objectif : mettre en évidence l'existence d'une mémoire immunitaire naturelle, en étudier ses caractéristiques et ses mécanismes et en comprendre une importante application médicale : la vaccination.

A) Mise en évidence

1) Citez des maladies que l'on ne peut contracter qu'une seule fois dans sa vie. oreillons, rubéole, varicelle...


2) Comment l'existence de telles maladies prouve que l'organisme possède une mémoire immunitaire ? Lors


d'un second contact avec le microbe responsable d'une de ces maladies, si celle-ci ne se déclare pas, c'est que


l'organisme a gardé en mémoire le premier contact et est immunisé contre ce microbe.


B) Caractéristiques

1) Comparez les effets de la première et de la seconde injection pratiquées dans la figure 2 page 94. Suite à la


seconde injection (contenant des antigènes X et Y), la production d'anticorps anti-X augmente plus


rapidement et atteint une valeur beaucoup plus élevée que celle consécutive à la première injection (ne


contenant que des antigènes X). La production d'anticorps anti-Y est équivalente à la première production


d'anticorps anti-X.


2) La mémoire immunitaire concerne-t-elle l'immunité spécifique ? Justifiez votre réponse. Oui car  la


seconde production importante et rapide d'anticorps anti-X uniquement traduit une mémoire immunitaire


contre les antigènes X et non contre les antigènes Y.


C) Mécanismes

1) Comparez les résultats des prélèvements pratiqués chez la souris 1 et chez la souris 2 (figure 3). Chez la


souris 2, le nombre de lymphocytes est, 2 jours après sa seconde injection, beaucoup plus élevé et augmente


beaucoup plus par la suite que chez la souris 1 après sa première injection.


2) Comment ces prélèvements permettent-ils d'expliquer la mémoire immunitaire de la souris 2 ? Lors de la


seconde injection, la souris 2 possède déjà un certain nombre de lymphocytes B qui se multiplient de manière


plus rapide et plus ample. Ils sécrètent donc beaucoup plus d'anticorps qui neutralisent plus efficacement


l'antigène.


D) Application médicale

1) Comment appelle-t-on l'application médicale qui utilise le principe de mémoire immunitaire ? vaccination


2) Jenner (figure 1) est le premier à avoir utilisé cette application. Comment procédait-il ? Il injectait à un


patient le pus d'une vache atteint de vaccine. Ce patient ne déclarait pas la variole en cas de


contamination par virus de cette maladie.


3) Expliquez, grâce à vos connaissances, comment l'injection pratiquée par Jenner pouvait protéger contre la variole.

Les antigènes du virus de la vaccine sont certainement les mêmes que ceux du virus de la variole.


Heureusement, le virus de la vaccine n'est pas pathogène contrairement à celui de la variole. Ces antigènes


provoquent cependant la multiplication des lymphocytes anti-variole qui luttent efficacement contre le virus


de cette maladie si celui-ci contamine l'organisme.


4) Justifiez la nécessité des rappels (figure 6 page 95). Les lymphocytes responsables de la mémoire


immunitaire ont certainement une durée de vie plus ou moins limitée qui justifie des rappels plus ou moins


fréquents.

Publié dans Classes de 3EME : SVT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article