Français suite séquence en cours 6A

Publié le par Principal clg Matouba

6A                                          L'univers du conte merveilleux

            Voici de quoi préparer la fin de la séquence étudiée lorsque les cours ont été interrompus. Tous les éléments qui suivent seront repris et approfondis en cours. Je ne vous propose la plupart du temps que la première étape ou des extraits des séances à venir, afin de préparer celles-ci et de conserver certaines habitudes de travail. ; vous pouvez réaliser les exercices proposés dans un cahier de brouillon, que vous apporterez en classe au moment de la reprise. Les éléments de correction ne doivent bien sûr être consultés qu'après la réalisation des exercices. Certains points abordés ici ne seront corrigés qu'en classe, parce qu'ils demandent un accompagnement du professeur.

Pour toute question, vous pouvez me contacter à l'adresse électronique suivante : younaruelland@yahoo.fr. Essayez de faire circuler les cours que vous trouverez ici et travaillez bien !

Outils de la langue

Fin de la séance 4

Repérer les groupes qui forment la phrase

Le Petit Chaperon rouge, Charles Perrault

Fiche d'activités

  • REVISION LECON

(Ré)apprendre tous les encadrés « conclusion à retenir » de la fiche d'activité de la séance (2 pages).

  • EXERCICE

Réaliser le dernier exercice de la fiche (reproduit ici), qui récapitule tous les éléments de la séance.

Dans chacune des phrases suivantes,

a) délimitez les groupes organisés autour du verbe souligné,

b) mettez les compléments circonstanciels entre parenthèses,

c) repérez le groupe sujet du verbe-noyau souligné en utilisant l'expression «c'est... qui » et soulignez-le.

- En été, mon voisin tond sa pelouse toutes les semaines.

- Le Mont Saint-Michel et l'Arc de Triomphe sont les monuments les plus visités de France.

- Une bonne odeur de gâteau attire les jeunes gourmands vers la cuisine.

- L'avion dans lequel Anatole est monté a fait de nombreux loopings.

- L'enfant qui a beaucoup couru est essoufflé, en arrivant au collège.

- Les courageux alpinistes ont entrepris l'ascension du Mont Blanc, ce matin, de très bonne heure.

- Mon petit frère s'est cassé la jambe en rentrant de vacances.

- A l'automne, toute la famille va chercher des champignons dans la forêt de Saint-Sauveur.

Lecture

Ecriture

Préparer la séance 5

Présenter un dialogue dans un texte narratif


2 versions du Petit Chaperon rouge : PERRAULT

  • REPERAGE-OBSERVATION

1. Dans « Le Petit Chaperon rouge », souligne les paroles prononcées par les personnages au crayon à papier (document polycopié, séance 3.

2. Compare deux versions d'un même dialogue :

La scène suivante est tirée d'un roman de Daniel Pennac. Un chien abandonné se trouve seul dans une ville à la recherche d'une maîtresse ; il suit, à son insu, une passante qui fait ses courses... Lis attentivement les deux versions de cette même scène.

Version 1

- C'est à vous, ce cabot ? dit le marchand.

- Pas du tout ! dit la passante.

- Comment, pas du tout ? Il vous suit depuis le bout de la rue !

- Mais puisque je vous dis qu'on n'a rien à voir ensemble !

- A d'autres ! Ça vous fera cent francs de plus pour le cageot de pêches sur lequel il vient de lever la patte !

- Comment ? Quoi ? Qu'on appelle un agent !

- C'est ça, qu'on appelle un agent !

- C'est à vous ce chien ?

- Elle dit que non pour ne pas payer les pêches.

- Vous, le marchand, vous répondrez quand on vous interrogera.

Version 2

- C'est à vous, ce cabot ? hurla le marchand de fruits en jetant sa tête cramoisie par-dessus le comptoir.

- Pas du tout ! protesta la passante.

- Comment, pas du tout ? Il vous suit depuis le bout de la rue !

- Mais puisque je vous dis qu'on n'a rien à voir ensemble ! (La passante s'énervait poliment.)

- A d'autres ! (Le marchand montrait ses crocs.) Ça vous fera cent francs de plus pour le cageot de pêches sur lequel il vient de lever la patte !

- Comment ? Quoi ? Qu'on appelle un agent ! s'écria la passante au bord de l'évanouissement.

- C'est ça, qu'on appelle un agent ! approuva le marchand en bondissant dans la rue. Les agents, c'est bien connu, arrivent dès qu'on les appelle.

- C'est à vous ce chien ? demanda le premier agent en sortant son crayon.

Daniel Pennac, Cabot-Caboche, Poche Nathan, 1982.

→ Qu'observe-t-on ? ................................................................................................

→ Dans la 2e version, relève ce qui apporte des renseignements :

• sur la façon de parler des personnages ;

• sur les lieux ;

• sur les personnages eux-mêmes.

Pour cela, complète le tableau ci-dessous.

Façon de parler des personnages

Lieu de la conversation

Description des personnages

 

 

 

3. Relève les verbes qui décrivent la manière de parler des personnages dans le 2e dialogue ci-dessus.

Lecture


Préparer la séance 6

Repérer le schéma narratif


« Le Petit Chaperon rouge »

« La Barbe-Bleue », Charles PERRAULT

  • OBSERVATION

Pour faciliter le travail qui suit, numérote « Le Petit Chaperon rouge » toutes les 5 lignes.

Réponds ensuite aux questions suivantes :

1-Jusqu'à quelle ligne le conte présente-t-il les personnages ? Quel temps verbal est employé dans ce passage ? Pourquoi ?

2-Par quel événement l'action est-elle déclenchée ? Quelle indication de temps peut-on relever ? Quel temps verbal est alors employé ?

3-A quelle ligne cet événement en entraîne-t-il un autre ? lequel ? puis lesquels ?

4-A quelle ligne la dernière étape du conte est-elle racontée ?


Lecture de l'image


Préparer la séance 7

Analyser une illustration de conte


Illustration de Barbe-bleue par Gustave Doré

  • OBSERVATION
  1. A quel passage du conte correspond cette illustration ?

        2.      Qu'est-ce qui retient ton attention dans cette image ?







Outils de la langue


Préparer la séance 8

Conjuguer l'imparfait et le passé simple


Début de « La Barbe-bleue », Charles Perrault

  • OBSERVATION

Réponds aux questions en observant le texte ci-dessous :

  1. Quels sont les temps qui dominent dans l'extrait ? (Aide-toi d'un tableau de conjugaison si nécessaire, voir fiches memento.)
  2. Au crayon à papier, souligne les verbes à l'imparfait.

3.      Au crayon à papier, entoure les verbes au passé simple.

II était une fois un homme qui avait de belles maisons à la Ville et à la Campagne, de la vaisselle d'or et d'argent, des meubles* en broderie, et des carrosses tout dorés; mais par malheur cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, qu'il n'était ni femme ni fille qui ne s'enfuît de devant lui. Une de ses Voisines, Dame de qualité, avait deux filles parfaitement belles. Il lui en demanda une en Mariage, et lui laissa le choix de celle qu'elle voudrait lui donner. Elles n'en voulaient point toutes deux, et se le renvoyaient l'une à l'autre, ne pouvant se résoudre à prendre un homme qui eût la barbe bleue. Ce qui les dégoûtait encore, c'est qu'il avait déjà épousé plusieurs femmes, et qu'on ne savait ce que ces femmes étaient devenues. La Barbe bleue, pour faire connaissance, les mena avec leur Mère, et trois ou quatre de leurs meilleures amies, et quelques jeunes gens du voisinage, à une de ses maisons de campagne, où on demeura huit jours entiers. Ce n'était que promenades, que parties de chasse et de pêche, que danses et festins, que collations* : on ne dormait point, et on passait toute la nuit à se faire des malices les uns aux autres; enfin tout alla si bien, que la Cadette commença à trouver que le Maître du logis n'avait plus la barbe si bleue, et que c'était un fort honnête homme*. Dès qu'on fut de retour à la ville, le mariage se conclut. Au bout d'un mois la Barbe-Bleue dit à sa femme qu'il était obligé de faire un voyage en Province, de six semaines au moins, pour une affaire de conséquence.

1.     Meuble : la garniture d'une chaise ou d'un lit.

2.     collation : Au XVIIe siècle, repas que l'on faisait durant l'après-midi ou la nuit.

3.     honnête homme : Au XVIIe siècle, un homme cultivé qui sait vivre en société.

Eléments de correction

A NE CONSULTER QU'APRES AVOIR REALISE LES EXERCICES !

Séance 4

- (En été)/, mon voisin/ tond/ sa pelouse/ (toutes les semaines).

C'est mon voisin qui tond sa pelouse toutes les semaines en été.

- Le Mont Saint-Michel et l'Arc de Triomphe/ sont/ les monuments les plus visités de France.

Ce sont (pluriel) le Mont Saint-Michel et l'Arc de Triomphe qui sont les monuments les plus visités de France.

- Une bonne odeur de gâteau/ attire/ les jeunes gourmands/ (vers la cuisine).

C'est une bonne odeur de gâteau qui attire les jeunes gourmands vers la cuisine.

- L'avion dans lequel Anatole est monté/ a fait/ de nombreux loopings.

C'est l'avion dans lequel Anatole est monté qui a fait de nombreux loopings.

- L'enfant qui a beaucoup couru/ est essoufflé/, (en arrivant au collège).

C'est l'enfant qui a beaucoup couru qui est essoufflé en arrivant au collège.

- Les courageux alpinistes/ ont entrepris/ l'ascension du Mont Blanc/, (ce matin)/, (de très bonne heure).

Ce sont les courageux alpinistes qui ont entrepris l'ascension du Mont Blanc, ce matin, de très bonne heure.

- Mon petit frère/ s'est cassé/ la jambe/ (en rentrant de vacances).

C'est mon petit frère qui s'est cassé la jambe en rentrant de vacances.

- (A l'automne)/, toute la famille/ va chercher/ des champignons/ (dans la forêt de Saint-Sauveur).

C'est toute la famille qui va chercher des champignons dans la forêt de Saint-Sauveur, à l'automne).


Séance 8

1-Ce sont l'imparfait et le passé simple.

2-Verbes à l'imparfait : en gras/ verbes au passé simple : soulignés

II était une fois un homme qui avait de belles maisons à la Ville et à la Campagne, de la vaisselle d'or et d'argent, des meubles* en broderie, et des carrosses tout dorés; mais par malheur cet homme avait la barbe bleue : cela le rendait si laid et si terrible, qu'il n'était ni femme ni fille qui ne s'enfuît de devant lui. Une de ses Voisines, Dame de qualité, avait deux filles parfaitement belles. Il lui en demanda une en Mariage, et lui laissa le choix de celle qu'elle voudrait lui donner. Elles n'en voulaient point toutes deux, et se le renvoyaient l'une à l'autre, ne pouvant se résoudre à prendre un homme qui eût la barbe bleue. Ce qui les dégoûtait encore, c'est qu'il avait déjà épousé plusieurs femmes, et qu'on ne savait ce que ces femmes étaient devenues. La Barbe bleue, pour faire connaissance, les mena avec leur Mère, et trois ou quatre de leurs meilleures amies, et quelques jeunes gens du voisinage, à une de ses maisons de campagne, où on demeura huit jours entiers. Ce n'était que promenades, que parties de chasse et de pêche, que danses et festins, que collations* : on ne dormait point, et on passait toute la nuit à se faire des malices les uns aux autres; enfin tout alla si bien, que la Cadette commença à trouver que le Maître du logis n'avait plus la barbe si bleue, et que c'était un fort honnête homme*. Dès qu'on fut de retour à la ville, le mariage se conclut. Au bout d'un mois la Barbe-Bleue dit à sa femme qu'il était obligé de faire un voyage en Province, de six semaines au moins, pour une affaire de conséquence.








Commenter cet article

Thomas 09/09/2009 13:25

Si vous avez besoin d'aide pour vos exercices 6ème en Français